mardi 21 septembre 2010

Quand on a peur que nos enfants dérangent les adultes

J'ai 3 garçons maintenant ados. Quand ils étaient petits, j'avais parfois peur qu'ils dérangent les autres...ceux qui n'ont pas d'enfants, dans un restaurant, en avion... Mais ils étaient tellement sages mes petits rejetons, (ils le sont encore:))
Je m'inquiétais pour rien de la réaction des autres...

Et pourtant, un adulte équilibré et ouvert est très capable de dire et d'expliquer doucement à un enfant quand ça suffit, quand il nous dérange, quand on est occupé. De toute façon, avez vous remarqué que souvent, quand ce n'est pas un parent qui intervient, on dirait que ça a plus d'impact, que le message passe mieux! En disant la vérité, en expliquant, tout simplement. 

Notez que bien souvent j'aurais bien plus envie d'émettre un avertissement à des adultes qui me cassent les pieds et qui entrent sans prévenir dans ma bulle!!!

J'aime être entourée d'enfants dans ma vie et aussi quand je travaille. J'aime les impliquer, expliquer, voir leurs petits yeux brillants quand ils me regardent travailler. Ils sont fascinés. Certains sont plutôt discrets et timides, d'autres sont plus audacieux, et quelques-uns un peu trop curieux !! :) mais quand on explique pourquoi on veut le silence quand on tourne, quand on explique comment ça va se passer, ça va tout seul avec les enfants. Il faut simplement les mettre dans le coup!

J'ai eu cette réflexion récemment suite à une situation avec un enfant et ses parents pendant que j'étais en tournage.

Anecdote: lors d'un tournage sur l'émission Bye Bye Maison que je réalise présentement, un jeune garçon de 8 ans s'intéressait tellement à notre travail qu'il prenait des initiatives pour nous aider... C'était "cute" de le voir s'impliquer, sérieux et appliqué. Il s'affairait à attacher et à planter la fameuse pancarte de l'émission. Sa mère et son père étaient visiblement mal à l'aise et lui répétaient sans cesse de nous laisser travailler, de s'éloigner de l'équipe de tournage au travail pour ne pas nous déranger. Le jeune était fasciné par l'équipement, la grosse caméra et tout le tralala. Il faut dire aussi que je travaille avec une belle gang de collègues très sympa!!. Pour qu'il puisse rester avec nous, nous lui avons proposé une limite dans ses actions pour ne pas nuire à notre travail et nous l'avons surtout félicité d'avoir pris des initiatives, que cette attitude le mènerait loin dans la vie! Il était tellement fier le petit!!

Autre anecdote: pendant un autre tournage sur une autre production, en extérieur près d'une forêt. On tourne un segment dans lequel il y un poney qui doit se balader en forêt. Pendant les longs moments d'attentes, parce qu'en télé, ça peut être long !!! Je donnais des indications aux figurants et à l'équipe technique lorsque le poney prend soudainement le mord aux dents, s'énerve, les pattes de derrière dans les airs!!  Heureusement, son "cavalier" est là pour gérer la situation et calmer le gros nerf de l'animal impatient mais une fillette d'environ 8 ans se fait violemment bousculer. (Ça aurait pu tourner au cauchemar cette histoire...Ouf...) Elle a eu très peur la pauvre petite, elle se met à pleurer. J'entends alors sa mère paniquée qui, bien malgré elle je crois, au lieu de venir consoler sa fille, pense plus à lui dire de ne pas pleurer pour ne pas déranger le déroulement du tournage. Mon coeur chavire. J'ai fait signe à la mère pour lui signifier que je prenais la situation en main. Mon instinct a pris le dessus, j'ai ouvert mes bras et la petite est spontanément venue dans mes bras pour que je lui fasse un gros câlin en lui disant, pleure ma belle, autant que t'en a envie, après m'être assurer qu'elle n'était pas blessée. 

Nous avons constaté ensemble qu'elle avait eu très peur du poney en beau "fusil". Il avait montré sa limite et que ce qu'on avait aussi appris dans cette expérience est de ne pas s'approcher trop près des fesses d'un poney ou d'un cheval car il n'averti pas quand il en a plein le ..cul...oups...je sais que c'est pas joli dire ça mais ça a détendu l'atmosphère...:). J'ai dit ça tout bas en confidence pour la faire rire. Elle souriait entre ses sanglots... Nous nous sommes doucement approchées du poney qui s'était calmé le ponpon pour lui dire notre façon de penser, mais on a quand même garder nos distances... au cas où. Et on s'est promis que la prochaine fois qu'on rencontre un poney ou un cheval, avec l'accord de son cavalier, nous irions lui faire une caresse en prenant bien soin de s'informer de ses états d'âme. Je la sentais rassurée et reconnaissante...on s'est fait une dernière étreinte. Ça m'a rempli le coeur!!!

J'espère que mon intervention aura servi à quelque chose auprès de cette fillette.

Je pense parfois à elle et j'espère qu'elle n'a pas développé une peur bleue des chevaux suite à cet incident, et surtout qu'elle n'a plus peur de déranger les autres quand elle a envie de pleurer! :) 



5 commentaires:

  1. Bravo pour ta réaction avec les enfants ! Souvent, les adultes qui ont déjà eu des enfants comprennent mieux comment les enfants peuvent réagir que ceux qui n'en n'ont pas.

    RépondreSupprimer
  2. Belle histoire. Et surtout belle intervention pour la petite fille! C'est vrai qu'on est parfois comme ça les parents...et on en oublie "l'intérêt" de l'enfant, de peur de "déranger"!

    RépondreSupprimer
  3. Ton titre et at citation me parlent beaucoup...

    D'un côté, depuis que je suis toute petite, j'ai toujours eu peur de déranger et d'un autre, depuis que je suis maman, je vais à plein d'endroits où j'ai encore peur de déranger avec mes cocos.

    En même temps, j'ai parfois l'impression que je fais de l'éducation sociale: un enfant, C'est plein de vie, ça n'a pas une grande durée d'attention, etc...

    Je trouve que les enfants qui te côtoient au tavail sont bien chanceux!

    RépondreSupprimer
  4. Merci beaucoup! Ton billet me fait réfléchir! J'ai souvent peur que mes enfants dérangent et après-coup, quand j'y repense, je regrette certaines de mes réactions (où je trouve que j'ai été trop sévère avec mes enfants... dans le but de ne pas déranger!)

    On devrait toujours garder en tête que l'important c'est que nos enfants se sentent aimés et accueillis (acceptés) comme ils sont... et "tant pis" si parfois ça peut déranger certaines personnes!

    RépondreSupprimer